Congresos de la Universitat Politècnica de València, XXV Coloquio AFUE. Palabras e imaginarios del agua.

Por defecto: 
Eaux protéiformes dans "Principales Merveilles de la Nature" du Chevalier de Mailly.
Marina Pedrol-Aguilà

Última modificación: 16-03-2017

Resumen


En 1728, le Chevalier de Mailly publie Principales Merveilles de la Nature, un texte qui se trouve à mi-chemin entre l’œuvre encyclopédique et le récit de voyage. L’auteur offre un très riche recueil d’extraits littéraires, concernant des éléments ou des phénomènes naturels, tirés de la production d’une grande variété d’écrivains anciens et, surtout, modernes. Mailly consacre huit chapitres de son ouvrage à l’eau dans son état liquide et solide, ainsi qu’à des variations de sa composition dans diverses régions de la Terre.

Qu’elle soit de source, de rivière, de lac ou de mer, l’eau est nécessaire à la vie et elle se révèle utile au quotidien des hommes dans plusieurs facettes. Or il arrive que ce liquide acquière des propriétés rares, voire inouïes. L’écrivain présente un classement selon la nature des eaux qu’il cite : pierreuses, huileuses, enivrantes, brûlantes, etc. Quant à notre étude, elle dégage une perspective utilitaire des particularités de ces eaux qui se changent en pierre, en verre ou en bois –et qui servent à la construction de bâtiments–, des sources huileuses –tantôt utiles à goudronner les bateaux, tantôt utiles à fabriquer des médicaments ou des baumes–, des fontaines qui ont le goût du vin, des fleuves où la baignade rétablit la santé et, bien sûr, des lacs où la pêche non seulement garantit la subsistance, mais encourage le commerce. Toutefois, la nature des eaux que décrit Mailly n’est pas toujours bénéfique à l’homme, puisqu’il faut aussi retenir des cas où les sources empoisonnent, causant un malaise temporel, l’aliénation mentale ou la mort. L’eau devient aussi un danger dans la mesure où certains lacs engloutissent les êtres qui troublent leur calme. Voilà bien des merveilles que notre auteur recueille dans son seul ouvrage relevant du domaine scientifique.

DOI: http://dx.doi.org/10.4995/XXVColloqueAFUE.2016.2909


Texto completo: PDF