Congresos de la Universitat Politècnica de València, XXV Coloquio AFUE. Palabras e imaginarios del agua.

Por defecto: 
La recréation du hammam dans l’univers féminin de Karin Albou
Inmaculada Tamarit Vallés

Última modificación: 16-03-2017

Resumen


Dans la filmographie de la réalisatrice française Karin Albou (1968-) les personnages féminins sont à la recherche d’une identité sexuelle et spirituelle. Karin Albou explore les tensions entre présent et passé et la négociation d’une identité multiculturelle avec un regard marqué par la subjectivité féminine et le désir. Dans La petite Jérusalem (2005) et Le chant des mariées (2008), elle explore les passions et la sexualité des femmes évoluant contre un univers fermé, dans lequel la confrontation au désir bouleverse leurs certitudes. Dans ces deux films, la recréation du hammam montre un espace d’intimité reliant la chaleur et l’humidité où le corps se laisse aller dans l’eau, élément féminin par excellence. Le hammam devient ainsi un lieu d’affirmation féminine et de souci de soi qui concerne leur identité individuelle mais aussi celle collective. Dans ce lieu de sociabilité féminine, la femme se rapproprie son corps par la reconnaissance et la libération de celui-ci dans un espace où il se détend, loin de la pression du regard masculin. Associé à des rituels traditionnels comme celui du mariage, le bain allie pour les femmes pureté, fertilité et festivité, en intensifiant le bonheur de la féminité.

DOI: http://dx.doi.org/10.4995/XXVColloqueAFUE.2016.3116


Texto completo: PDF