Congresos de la Universitat Politècnica de València, XXV Coloquio AFUE. Palabras e imaginarios del agua.

Por defecto: 
Neige ardente ou les métamorphoses des éléments dans les littératures maghrébines d'expression française
Ana Isabel Labra Cenitagoya

Última modificación: 16-03-2017

Resumen


La littérature maghrébine, en général, et algérienne, en particulier, entretiennent un rapport étroit et personnel avec la nature et les éléments (terre, eau, feu, air). Il serait possible d’y déceler des traces d’une vision ancienne du monde, d’une approche du réel que nous pourrions qualifier de mystique dans le sens large du terme.

Parmi les différents éléments qui composent l’existant, il faudrait souligner dans le cas de ces littératures l’omniprésence des éléments feu et eau déclinés dans toutes leurs variantes et combinés des façons les plus surprenantes. La présence constante du soleil dans les paysages maghrébins et l’absence conséquente de l’eau nécessaire à la vie car garante de fertilité conditionnent depuis des siècles l’imaginaire artistique de ces contrées. Les écrits et les écrivains n’échappent pas à cette dynamique créatrice. En effet, les productions littéraires maghrébines foisonnent d’images elaborées à partir de ces deux éléments, les opposant ou les fusionnant pour donner lieu à des métamorphoses  qui offrent aux lecteurs une vision différente de la réalité, une lecture autre du monde et des êtres.

Dans cette communication, j’essaierai d'abord d’offrir un panorama de cette tendance de la poétique maghrébine, puis d'analyser quelques exemples extraits des ouvrages des écrivains algériens  Mohammed Dib et Assia Djebar.

DOI: http://dx.doi.org/10.4995/XXVColloqueAFUE.2016.3173


Texto completo: PDF