Congresos de la Universitat Politècnica de València, XXV Coloquio AFUE. Palabras e imaginarios del agua.

Por defecto: 
Renata Mauperin, la liberación de la feminidad a través del elemento líquido
Flavia Aragón Ronsano

Última modificación: 16-03-2017

Resumen


Le roman des frères Goncourt dédié à la bourgeoisie, Renée Mauperin (1864) met en place différentes scènes dans lesquelles la jeune Renée doit faire face aux attentes de sa famille et de son entourage, la bourgeoisie des années 1850, et ainsi, incontournablement, un long et minutieux portrait de cette jeune femme se dessine tout au long des pages. L’accent est mis sur l’absurde éducation que le XIXᵉ siècle impose à ces jeunes demoiselles à marier, rompues aux arts d’agrément et à toutes les délicatesses comme si elles devaient vivre à la Cour. La jeune Renée transgresse les interdits imposés par les mœurs, et manifeste des excentricités inquiétantes. Comme pour la plupart des romans des Goncourt, Renée Mauperin commence au milieu d’un dialogue, et tout l’intérêt se concentre sur le langage des personnages ; c’est donc la première scène du roman, celle de la baignade dans la Seine, celle qui fit scandale tant par l’audace et la supposée inconvenance de la posture, que par les familiarités pittoresques et malicieuses que Renée y égrène à plaisir, avec une franchise et une gaieté, qualifiées par Nadine Satiat de « rafraîchissantes ».

L’agencement des éléments linguistiques de l’écriture artiste des Goncourt, ainsi que les différentes traductions espagnoles du texte, vont nous montrer à quel point la présence de l’eau et du monde imaginaire qu’elle évoque, sont par eux-mêmes des éléments transgresseurs et évocateurs de l’interdit pour les jeunes femmes de l’époque.

DOI: http://dx.doi.org/10.4995/XXVColloqueAFUE.2016.3882


Texto completo: PDF